Alertez-nous : Partagez vos bons plans ici

Contactez-moi : Posez vos questions ici

Inscris-toi à ma newsletter :

J'accepte les C.G.U et la Privacy Policy Je ne m'inscris QUE à la newsletter de Face à la crise et pourrai me désabonner à tout moment.

A Propos

Hello, moi c'est Guillaume et je suis le créateur de Face à la crise. Clique sur ma photo pour + d'info

news

Changer d’opérateur tous les ans : bonne ou mauvaise idée ?

Posté par Guillaume De Ryckel dans Le blog

changer d'opérateur belgique


Est-ce toujours rentable d’être fidèle à son opérateur ?

 
Avez-vous déjà pensé à changer d’opérateur tous les ans ? C’est une technique bien connue pour économiser sur son forfait téléphonique. Chaque année, nombreuses sont les offres des divers opérateurs pour conquérir de nouveaux clients. Ces offres sont de courte durée, mais cela vaut tout de même le coup d’en profiter ne serait-ce qu’un an. Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Je vous explique tout dans cet article.

Comment changer d’opérateur tous les ans ?

Les forfaits mobiles, même s’ils regroupent beaucoup de services, reviennent chers à la fin de l’année. Quelle que soit sa consommation et l’utilisation que l’on fait de son smartphone, il est cependant possible d’économiser sur son abonnement téléphonique. Comment ? Soyez à l’affût de toutes les bonnes affaires. Personnellement, dès qu’un opérateur concurrent lance une offre alléchante, je change ! Au bout d’un an, quand l’offre est terminée et que le prix du forfait augmente, je résilie mon contrat. Il se peut cependant que vous vous soyez engagé sur une période de 12 ou 24 mois. Dans ce cas, vous devrez attendre la date anniversaire de la souscription du contrat avant de résilier.

Comment changer de forfait en restant chez le même opérateur ?

Il est bien sûr possible de changer de forfait chez le même opérateur.  Il vous suffit d’aller dans votre compte et de vous laisser guider par les instructions. En quelques clics, vous changez sans difficulté.
 
Attention cependant, changer de forfait téléphonique, c’est un peu comme changer d’opérateur Internet : se précipiter n’est jamais conseillé. Vérifiez vos factures :  si vous n’appelez pas beaucoup ou que vous vous connectez à Internet uniquement depuis chez vous, pas la peine d’investir dans un forfait cher. En revanche, si vous appelez régulièrement à l’étranger, les forfaits low cost ne sont pas toujours adaptés.

Personnellement, j’utilise des applis comme Whatsapp ou Signal pour téléphoner à l’étranger. Grâce au WiFi, je peux appeler partout dans le monde pour le même prix.

 
Autre astuce pour économiser sur son forfait téléphonique : renégocier son contrat. Personne ne pense à le faire, mais c’est possible ! Si cela ne marche pas, dites-leur que vous préférez résilier. En général, ils vous proposent un forfait plus bas.

Peut-on changer d’opérateur mobile sans changer de numéro ?

Conserver son numéro de téléphone est souvent bien pratique. Cela évite de recontacter tout son entourage pour signaler ce changement. Le changement d’opérateur avec résiliation automatique est très simple. C’est votre nouvel opérateur qui s’occupe de tout. Il vous suffit de demander le RIO (Relevé d’Identité Opérateur) à la société de téléphonie actuelle. N’hésitez pas à téléphoner au service client. Ils se feront un plaisir de vous guider dans vos démarches.

À l’heure actuelle, la fidélité à une marque ne paie plus. Si vous souhaitez réaliser de belles économies, je vous conseille de vérifier tous vos contrats : téléphonie mobile, abonnement Internet, gaz, électricité, assurance auto, etc. Les prix varient d’une année sur l’autre et changer de fournisseur peut vous faire gagner des centaines d’euros. Pour aller plus vite, utilisez un comparateur. Vous aurez les meilleures offres en un clic.

Lire la suite de l'article

Guillaume De Ryckel

Jeune diplômé en Marketing de 27 ans, je suis le créateur de Face à la crise. Passionné de web, voyages et de cuisine, j'ai crée ce site il y a maintenant près de 7 ans et y consacre la grande majorité de mon temps. Censé n'être au départ qu'un projet pour un travail de fin d'études, Face à la crise est devenu, à ma plus grande joie, le métier de mes rêves !